Protocole des dix séances

 

1. La respiration

 

2. L'ancrage

 

3. Les flancs

 

4. Périnée / Adducteurs

 

5. Abdo / Viscères

 

6. Le dos / Le coxis

 

7. Le crâne / La mâchoire / La nuque

 

8. Des épaules à la colonne

 

9. Spiral dans le corps

 

10. L'équilibre global

1
1

Le processus se découpe en dix séances. Lors de chaque séance, nous procèderons à une lecture de l’alignement de votre corps en position debout, assise, et lors de la marche. Vous serez amené à effectuer certains mouvements en fonction des observations et des objectifs spécifiques de chaque séance. Nous effectuerons ensuite des mobilisation des fascias sur table afin de redonner du mouvement et de l’ordre à votre structure corporelle. Le travail alterne entre accompagnement manuel et éducation fonctionnelle afin de vous donner l’opportunité d’intégrer de nouveaux potentiels de mouvement et d’expression.

Chaque séance a été spécifiquement élaborée dans un ordre particulier par le Dr. Ida Rolf. Chaque séance étudie et met en relation certaines structures musculo-squelettiques en partant des couches les plus superficielles vers les couches les plus profondes afin de réorganiser les chaînes de tissus et de permettre les glissements entre celles-ci.

A la fin des 10 séances, nous ferons le point sur les transformations opérées au niveau de votre posture et de votre qualité d’être. Après les 10 séances, il est possible d’ajouter des séances supplémentaires au processus selon votre besoin. Certaines personnes décident de poursuivre des séances d’entretien ou d’approfondir leur conscience du mouvement, pour soutenir un projet sportif, professionnel, ou personnel. Il est possible de rythmer les séances une fois par semaine. Idéalement il est préférable de ne pas dépasser trois semaines. Les trois premières séances vous donneront une idée du type de travail que nous engagerons ensemble et ainsi définir si le Rolfing est une méthode pour vous.

1. 2. 3.
Se défaire
de son armure

La première série vient désamorcer les premières couches  de tension du corps qui vivent dans nos couches superficielles. Celles-ci sont le reflet de notre manière de nous représenter, de notre histoire et de la manière dont nous utilisons notre corps dans nos activités.

4. 5. 6. 7
Révéler
sa structure profonde

Ces séances mettent l’accent sur la ligne médiale du corps partant de l’intérieur des pieds aux adducteurs, passant par les viscères et structures abdominales, jusqu’au crâne. On active les couches de fascia profondes, viscérales afin de vous faire ressentir le lien concret entre l’espace interne et externe de votre corps.

8. 9. 10
Intégration de soi
et fin du processus

L’accent de ces trois dernières séances s’établit autour de coordinations engageant la spirale et la spontanéité du geste, l’autonomie de soi par le mouvement et le centrage de soi dans son axe vertébrale.

Retrouver du volume
pour faciliter l’acte de respirer

Est-ce que ma cage thoracique et mon bassin sont indépendant lors de la respiration ?

  • La respiration est la base de notre capacité à aller vers le monde et de revenir vers soi. Cela nécessite une expansion et une rétraction de la cage thoracique autour de l’axe vertical.
  • Evaluation de l’ensemble de votre corps, de votre tendance posturale, et prise en compte de l’historique de votre corps (blessures, pathologies…)
  • Autoriser le mouvement d’expansion, d’ouverture et de fermeture des côtes afin de retrouver élasticité et mobilité des structures autour de la cage thoracique.
  • Début de mobilisation du bassin pour engager la relation entre les jambes et le torse pendant la marche.
  • Première prise de conscience de l’axe vertical et de la chaîne postérieure (dos, arrière des jambes)

Ouvrir notre relation
avec le sol comme support

Est-ce que mes chevilles ont la place articulaire de se plier à chaque pas?

Vos pieds prennent-ils le temps d’être en contact avec le sol et de se dérouler avec continuité ? Osent-ils aller de l’avant ? Restent-ils en recul ? Pouvons-nous faire le choix de ne pas avancer sans retenue inconsciente?

Tout comme la respiration, marcher est une action répétitive et vient donc former ou déformer à force d’usage nos schémas posturaux. La plante des pieds a un très grand nombre de récepteurs qui ressentent les variations de température, textures et pressions afin d’informer l’oreille interne (organe de l’équilibre) des aspérités du sol afin de s’adapter le plus rapidement possible à diverses surfaces et obstacles.

  • Éveil de la proprioception du pied et mobilisation des connections avec la jambe, la cuisse et le bassin.
  • Tisser du lien entre le haut et le bas de votre corps afin de permettre le passage des forces venant du sol.
  • Commencer à marcher tout en laissant le reste du corps s’articuler.
  • Début du travail sur l’assise (découverte de l’os ischion, support de l’assise)

Construire son espace latéral
et son champ de perception

Ai-je un surface claire qui divise mon corps entre l’avant et l’arrière afin de laisser mes bras s’ouvrir vers le haut sans restriction?

La ligne latérale est celle qui divise l’avant de l’arrière de votre corps. En ouvrant notre espace latéral, nous nous donnons la possibilité d’ouvrir notre champs d’horizon et de perspective.

  • Équilibrage du volume de la face avant en relation avec la face arrière.
  • Distinction entre regard périphérique et regard focal.
  • Ouverture des bras sur le côté.
  • Etirement des carrés des Lombes.

Une pause plus longue peut être envisagée avant la deuxième mini-série.

Nous centrer dans la ligne intérieure
des pieds à la tête

Puis-je repousser le sol depuis mon gros orteil jusqu’au périnée ?

Le centre part de l’appui du gros orteil vers toute la ligne interne de la jambe jusqu’au périnée. Pouvons-nous construire la stabilité des pieds en alignement avec les hanches :

  • Mobilisation de l’arche interne du pied
  • Mobilisation de la jambe par rapport au pied
  • Mobilisation de la cuisse par rapport à la jambe
  • Mobilisation de la cuisse par rapport à la hanche
  • Intégration des jambes par rapport aux périnée et adducteurs
  • Orientation de la nuque par rapport aux jambes

Notre
centre viscéral

Imaginez vos jambes naître dans votre abdomen. Marchez depuis a face avant de votre colonne.

  • Redonner de la motilité aux sacs viscéraux (péritoine, plèvre et péricarde) qui contiennent les organes (digestifs, pulmonaires, cardiaques) afin de faciliter les glissements des uns par rapport aux autres.
  • Optimiser la fonction du muscle le plus profond du corps, le psoas. Celui-ci est attaché à la jambe, longe le bassin, passe par-dessous les organes pour enfin s’attacher à la colonne lombaire.

Présence du dos
et libération du coccyx

En allongeant tout l’espace arrière du corps, des pieds à la tête, notre dos devient soutien mobile et serein de notre expression vers le monde.

  • Dans les arts martiaux, le dos est une partie du corps très développée au niveau de sa perception, car c’est par là que l’ennemi peut être amené à surgir. Nous perdons souvent la relation avec notre dos en surmenant l’avant de notre corps dans nos activités. S’adosser, dormir, s’allonger,  sont les seuls moments où nous lâchons prise pour nous ressourcer. Il s’agit de créer un dialogue constant entre arrière et avant, entre stabilité et activité.
  • Connexion entre les talons, l’arrière des jambes, le sacrum, le dos, et la nuque

Redécouverte
de la sensorialité de notre crâne


Puisse mon crâne trouver sa suspension et son élévation. La cavité buccale, un espace d’expression et d’exploration.

Comment portez-vous votre tête ? Comment repose-t-elle sur le haut de votre colonne ? Quelle est sa relation avec vos pieds ?

  • Travail sur les structures autour du crâne, sur le visage, les mâchoires, la nuque et le torse
  • Travail à l’intérieur de la bouche
  • Travail dans la fosse nasale
  • Travail dans l’oreille
  • Relation de la tête à la colonne vertébrale

Stabilisation
des ceintures pelvienne et scapulaire

Quelles sont mes ressources ? Suis-je plus intégré dans ma relation au sol ou ma relation à l’espace ?

  • Donner plus d’autonomie à la ceinture scapulaire et pelvienne pour se mouvoir de manière indépendante et coordonnée par rapport au mouvement de la colonne pendant la marche.
  • Classiquement la séance 8 met l’accent sur le bas du corps en cherchant à laisser la spirale du corps s’initier par les pieds.
  •  On interroge en fin de séance le haut du corps comme transition à la séance 9 qui développera la spirale en partant par le haut.

La colonne vertébrale au centre
de la spirale dynamique de la marche

Puis-je bouger mes bras, mon tronc autour de mon axe en gardant mes pieds ancrés dans le sol ?

  • Ondulation de la colonne sans perte d’énergie dans le passage de vertèbre à vertèbre.
  • Ouverture de la spirale du corps de la tête aux pieds, des pieds à la tête.
  • On cherche à libérer la ceinture scapulaire pour laisser le torse entrer dans sa spirale en laissant les forces redescendre vers les pieds, vers le sol.

« Tout coule, rien ne demeure »
Héraclite

Laissez-vous percevoir la peau, cet organe, devenir radiant, respirant, envelopper la totalité de votre corps.

La séance 10 vient éveiller la peau comme organe d’unité corporel et réactive à nouveau la couche de fascia superficielle qui repose sous la peau afin de laisser irradier la couche médiale. Lorsque les couches superficielles et profondes se libèrent des tensions, alors l’être peut vivre dans son milieu ( Ida Rolf parlait de « THE LINE ») . Le milieu, c’est le lieu où le tonus  et l’homéostasie sont en harmonie.

  • Faire le point sur le processus.
  • Révision des points qui vous interrogent encore
  • Ancrer ceux qui vous permettent de vous affirmer dans vos nouvelles habitudes posturales
  • Horizontaliser au mieux toutes les articulations

Post-séries :
Séances d’entretien et d’approfondissement


Séances avancées

Après les dix séances, votre corps continue à intégrer les nouvelles perceptions de votre alignement. Il est possible qu’après un certain temps, vous ressentiez le désir d’approfondir votre démarche et de trouver de plus grandes ouvertures. Nous pourrons repartir sur des mini-séries ou des séances selon vos besoins.


Séances de mouvement

Ces séances vous permettent de raffiner votre manière de vous mouvoir et proposent des exercices spécifiques que vous pourrez refaire chez vous et appliquer dans toutes activités de votre quotidien.  Les coordinations proposées seront mises en lien avec la perception que vous vous faites de votre corps afin de libérer les inhibitions non-conscientes de vos mouvements. Le modèle biomécanique est toujours très intéressant mais seul il ne prend guère sens. Longtemps, on a pensé le corps comme une machine. Aujourd’hui, les neuro-scientifiques acceptent que la perception joue une place importante dans notre coordination.